Baye Mamoune Niasse “Ma candidature à la présidentielle de 2017 est le fruit de la volonté populaire”

 

mouvement and ak askanwi

mouvement and ak askanwi

Pour mettre fin aux supputations et éclairer la lanterne de l’opinion, Baye Mamoune Niasse a réitéré, ce 13 février 2014, au cours d’un face-à-face avec la presse, sa ferme volonté d’être candidat à la prochaine élection présidentielle. Le souhait de changer le sort des Sénégalais est un des objectifs que se fixe le jeune religieux de Médina Baye.

” Que ceux qui en doutaient se le tiennent pour dit. Je suis bel et bien candidat pour la prochaine élection présidentielle”. Ces propos du fils-aîné de Feu Mamoune Niasse renseignent bien sur sa détermination à s’approprier l’héritage politique de son défunt père. A en croire Baye Mamoune Niasse, et contrairement à ce qu’une certaine opinion pourrait penser, sa nouvelle posture repose sur deux piliers essentiels qu’il a déclinés en ces termes : “je dois d’abord vous dire que le 25 Septembre 2011 et en présence des membres du bureau politique du Rassemblement pour le Peuple, notamment mon frère Serigne Mansour Niasse, Serigne Mamoune Niasse a béni et prié pour le rayonnement du mouvement partout au Sénégal et a déclaré mesurer les enjeux de mon engagement”.

Donc, dit-il, “j’accomplis une mission sacerdotale exotérique et ésotérique d’alléger les souffrances du peuple”. Poursuivant dans le même ordre d’idées de légitimation de sa candidature, B. M Niass a énuméré certains maux qui gangrènent le Sénégal. “J’assume mes propos et je pèse mes mots, tous les secteurs du pays sont paralysés. Au niveau de l’éducation, on note des grèves sont récurrentes et les fournitures ne sont pas à la portée des parents d’élèves, sans compter la cherté des frais de scolarité dans les écoles privées”, cogne-t-il ses contempteurs.

“Les musulmans n’ont pas le nombre de fêtes qu’ils méritent, alors qu’ils représentent plus de 95 % de la population”

Selon lui, “des émigrés que j’ai eu à rencontrer s’estiment être laissés en rade, en dépit du fait d’avoir grandement contribué à l’élection de Macky Sall. La religion n’est pas épargnée, car elle n’a pas la place qui doit être la sienne dans les médias d’Etat et les musulmans n’ont pas le nombre de fêtes qu’ils méritent, alors qu’ils représentent plus de 95 % de la population”. , Face à ce tableau qu’il a lui-même dressé, Baye Mamoune Niasse prendra sur lui la responsabilité historique de s’engager pour inverser la tendance.

“Au péril de ma vie et du poste qui m’a été attribué, je suis prêt à répondre partout où il aura besoin de moi”

« A la lumière de ce que j’ai dit plus haut et porteur d’un programme ambitieux et pertinent pour le Sénégal, j’ai pris la décision de participer activement à toutes les élections qui seront organisées dans ce pays. Le peuple, dont je suis le candidat, a les 88%. Au péril de ma vie et du poste qui m’a été attribué, je suis prêt à répondre partout où il aura besoin de moi », a-t-il confessé. Avant d’exprimer son adhésion au projet de modernisation des cités religieuses “Il est vrai que le Président est en train de faire des efforts. Et nous l’encourageons à poursuivre dans cette lancée” a-t-il indiqué.

source…Actusen.com